Festival CineComedies : pari réussi !

71667770_2626829987374730_850502639568289792_o
Soirée Michel Blanc, samedi 5 octobre 2019

Cérémonie d’Ouverture

Mercredi 2 Octobre, à la Gare Saint Sauveur, invités et élus étaient présents pour lancer l’acte II du Festival CineComedies de Lille, avant de voir en avant-première à l’UGC Ciné, le film « La Vérité si je mens ! les débuts » de Michel Munz et Gérard Bitton.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dès 20h, les spectateurs étaient nombreux, dans le hall de l’UGC,  à attendre avec impatience la diffusion du prequel. A la sortie,  ils sont ravis, comme Christine, 34 ans, « J’ai vraiment adoré, c’était génial, les répliques m’ont fait beaucoup rire, c’est un film à voir absolument, entre amis ou en famille! » ou bien encore Jérôme, 39 ans, « J’ai beaucoup apprécié le film et le fait que les acteurs et réalisateurs prennent du temps pour répondre à nos questions dès la fin de la diffusion. Je le recommande vivement, c’est que du plaisir! ».

« CineComedies revient avec la même ambition qui a fait le succès de sa première édition : celle du rire-ensemble »

Martine Aubry, Maire de Lille, Cérémonie d’Ouverture 

Soirée 100% Belge

71692404_2619976188060110_8781498319609266176_o
Gare Saint-Sauveur, projection de « Dikkenek« 
71187001_2620673634657032_1320944018250530816_o
Rencontre avec François Damiens après la diffusion de « Mon Ket« 

CineComedie a décidé, cette année, de mettre la Belgique, pays invité, sous les projecteurs. Dès 19h, jeudi 3 Octobre, à la Gare Saint-Sauveur, on a eu le plaisir de retrouver de nombreux classiques de la comédies belges, tel que le cultissime « Dikkenek » d’Olivier Van Hoosfatd, et à l’UGC Ciné de Lille, « Mon Ket » en présence de François Damiens.

« CineComedies poursuit son exploration de la comédie sous toutes ses formes, avec pour la première fois un pays à l’honneur, la Belgique, dont l’humour, souvent noir, grinçant et iconoclaste, fait écho au cinéma de Michel Blanc et de Bertrand Blier »

Jérémie Imbert, délégué artistique et fondateur de CineComedies

Soirée spéciale Bertrand Blier et Michel Blanc

72394048_2622072461183816_9125243411509542912_o
Soirée Bertand Blier à l’UGC Ciné
71856128_2624677227590006_781401774031372288_o
Michel Blanc, lors sa masterclass à l’UGC Ciné

La programmation a été marquée par une soirée spéciale dédiée au grand réalisateur, à la filmographie incontournable Bertrand Blier, présent vendredi soir pour commenter ses films « Buffet Froid » et « Calmos » ainsi que pour répondre aux questions des spectateurs. Reconnu pour avoir écrit et réalisé plusieurs classiques du cinéma français : Les Valseuses (1974), Buffet froid (1979), Tenue de soirée (1986) ou encore Préparez vos mouchoirs (1978), qui lui vaut même de recevoir l’Oscar du meilleur film étranger en 1979. Il reste une figure emblématique du cinéma français, qui se caractérise par sa singularité remarquable.

Samedi soir, le Festival a célébré son invité d’honneur Michel Blanc, en revenant sur la carrière de cet homme-orchestre à l’occasion d’une masterclass exceptionnelle et une sélection de comédies incontournables issues de sa filmographie.

Révélé comme acteur comique durant les années 1970, au sein de la troupe du Splendid, il passe à un registre plus dramatique durant les décennies suivantes en écrivant et réalisant trois longs-métrages salués par la critique Marche à l’ombre (1984) (nommé au César de la meilleure première œuvre 1985), Grosse fatigue (nommé au César du meilleur scénario original ou adaptation 1995) et Mauvaise passe (1999). En 1986, il reçoit le prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes pour son rôle dans la comédie noire Tenue de soirée, de Bertrand Blier.

Après plusieurs performances remarquées, notamment avec Monsieur Hire (1989) et Les Témoins (2008), il reçoit en 2012 le César du meilleur acteur dans un second rôle pour L’Exercice de l’Etat. Parallèlement, il écrit et réalise un diptyque porté par une distribution chorale : Embrassez qui vous voudrez, nommé au César du meilleur scénario original ou adaptation en 2003, et Voyez comme on danse (2018).

L’acteur aux multiples talents (réalisateur et auteur), venait aussi présenter son actualité de comédien, en avant-première. Le film, « Docteur?« , projeté lors de la cérémonie de clôture de cette deuxième édition, dimanche soir à l’UGC Ciné de Lille, en présence de l’équipe du film, sortie officielle prévue le 11 décembre 2019. 

71781242_2625403007517428_436315084671680512_o
L’équipe du film « Docteur? »

Des films mythiques, inoubliables et rassembleurs étaient aussi au rendez-vous,  tels que les deux chefs d’œuvres de Gérard Oury « La Grande Vadrouille » et « La Folie des Grandeurs« , de retour samedi sur grand écran le temps d’une journée, pour le plus grand plaisir du public, toutes générations confondues.

J’ai eu l’occasion, ce jour-là, d’échanger avec Danièle Thompson. Fille du réalisateur Gérard Oury et de l’actrice Jacqueline Roman. Elle débute en tant que scénariste en 1966 avec « La Grande Vadrouille« , qui marque le début d’une longue collaboration avec son père. On lui doit les scénarios de quelques-uns des plus grands succès du cinéma français : « La Grande Vadrouille » (1966), « Les Aventures de Rabbi Jacob » (1973) ou bien encore « La Boom » (1980). En 1999, elle réalise son premier film « La Bûche« , une comédie dramatique familiale. Elle poursuit dans l’univers de la comédie en réalisant « Décalage Horaire« , « Fauteuils d’Orchestre » et « Le code a changé« . En 2016, elle change de thème et réalise un biopic « Cézanne et moi » avec Guillaume Canet et Guillaume Gallienne.

En mai 2019, Danièle Thompson, publie aux éditions de La Martinière, « Mon père, l’As des as« , un ouvrage qui rend hommage à son père, avec de nombreuses archives et documents inédits.

Gérard Oury est « un comique dont la vérité est universelle comme celle de Molière ».

Jacques Chirac, le 20 septembre 2002. Lors de la cérémonie qui élève Gérard Oury à la dignité de grand officier de l’ordre national du Mérite.

L’exposition Gérard Oury au Palais Rihour

Afin de célébrer le centenaire de la naissance de Gérard Oury, le Festival CineComedies proposait une exposition exceptionnelle, autour du cinéaste et de ses collaborations privilégiées  avec Louis de Funès, Bourvil, Jean-Paul Belmondo et Pierre Richard. Affiches, documents rares et inédits, accessoires de tournage, photos et objets personnels et archives vidéos composent cette exposition, notamment sa magnifique épée d’académicien des Beaux-arts ou bien encore le chapeau à papillotes de Rabbi Jacob.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Festival, cette année, bat des records de fréquentation, le public est conquis et attend avec impatience la troisième édition…Rendez-vous l’année prochaine !

Marthe Dolphin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s