Nuit Blanche à la cité de la Science

Nuit blanche se tenait ce samedi 5 octobre à Paris, avec de nombreuses activités proposées dans toute la ville, la parade et l’ouverture de nombreux musées et institutions culturelles au public. Cette année, la cité de la Science et de l’Industrie accueillait des œuvres d’artistes contemporains et des associations coordonnées par Thanks for Nothing.

Le thème choisi portait cette fois sur la question de l’environnement. L’art se présente ici comme un vecteur de liens entre l’humain et la nature, nous amenant à nous questionner sur notre impact sur le monde.

Cette démarche est visible par les œuvres, workshops et performances proposées pour cette soirée. Des films d’artistes contemporains axés sur l’environnement étaient présentés dans la Cité, ainsi que la Forêt en mouvement par le Parti Poétique. Leur projet est de revégétaliser l’espace, urbain tout en impliquant les personnes par un parrainage d’un arbre, un contrat de mariage pour 10 ans avec l’arbre, ponctué d’évènements organisés par la ferme urbaine de Saint-Denis, Zone Sensible.

Le workshop participatif de Tomas Saraceno était impressionnant par la quantité de sacs ajoutés tout au long de la soirée par les visiteurs, formant des vagues de sacs plastiques, placés en contraste, face à la forêt du Parti Poétique.

A l’extérieur, le documentaire de Luc Jacquet, Effondrement, offrait une plongée sonore, déroutante et alarmante dans la fonte des glaciers, sublimée par les enceintes de la Start Up française Devialet. Ces oeuvres offraient une vision inquiétante de la situation, compensée par les symboles de solidarité et d’optimisme portés par les performances de Michelangelo Pistoletto.

index

Ses performances étaient très attendues pour cette soirée, avec la présentation du Troisième Paradis et la Sculpture de Promenade. Ces œuvres font des spectateurs, des acteurs de la représentation. Pour chaque personne inscrite au Troisième Paradis, un arbre sera planté, dans la suite de la symbolique de solidarité que représente ce motif d’infini.

C’était donc une soirée chargée et enrichissante, au thème engagé pour l’environnement. Elle nous amenait à repenser l’alliance entre l’art et le monde associatif, estompant la frontière entre ces deux mondes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s