The Umbrella Academy

L’une des dernières séries diffusées par Netflix est The Umbrella Academy, une adaptation en 10 épisodes d’une bande dessinée de Gerard Way et Gabriel Ba.

Le récit met en scène les 7 personnages principaux, dont on suit à la fois les aventures actuelles, passées et futures. Luther, Diego, Allison, Klaus, N°5, Ben et Vanya sont 7 des 43 enfants nés au même moment dans le monde, de femmes qui n’étaient pas enceintes au début de la journée. Ils ont été adoptés par un riche inventeur, Sir Reginald Hargreeves qui les a élevé dans le but de leur faire développer leurs pouvoirs et les rendre capables de « sauver le monde ».

5ba4d0e1e69bcab473e6ef2ef9c83b21

 

Le risque pour The Umbrella Academy est de s’ajouter à la longue liste de séries et films de super-héros et leur immuable répétition de thèmes et personnages. Beaucoup ne sont pas reconduits et certains blockbusters s’illustrent par le vide narratif, où l’intérêt initial disparaît derrière les moyens financiers rassemblés et les recettes attendues.

Netflix espère renouveler le genre avec cette série, sans tomber dans la même impasse que les fois précédentes. D’une certaine manière, c’est réussi, on a envie de la regarder jusqu’à la fin. Mais on ne s’attache pourtant pas tant que ça aux personnages et la suite des aventures se devine très vite. Certains personnages tels que Klaus (Robert Sheehan), N°5 (Aidan Gallagher) se démarquent et apportent beaucoup par leur humour et leur décalage qui rend moins lourd le côté « super héro » de la série. Ils montrent l’absurdité dans les paroles dignes de récits épiques de Luther ou Diego. Les diverses histoires des personnages complexifient la série, on retrouve une partie des aventures des comics bien que de nombreuses libertés aient été prises. La capacité de N°5 à voyager dans le temps et son rôle dans une organisation chargée de s’assurer de la bonne marche du temps rappelle la saga Time Riders.

The Umbrella Academy se regarde facilement, les héros et la richesse de la BD d’origine promettent une suite pleine de rebondissements, en espérant que la série sache conserver cet humour caustique et le côté déjanté qui la démarque des autres séries de super-héros.

@clarisssima

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s