Mc TOINT – « Je veux faire danser les gens. »

L’hiver est tombé sur Poitiers. Les terrasses se sont peu à peu vidées en cette fin d’après midi. Pourtant nous sommes deux à braver le thermomètre, quelques clopes, deux expressos noirs et le sourire de McToint nous apportent un peu de chaleur. 

Le voyageur – McToint

« Bonsoir, ravie d’être avec toi pour cette interview. Je pensais commencer par quelques questions pour que tes auditeurs présents et futurs puissent mieux cerner qui est Mc.Toint. Est-ce que tu pourrais nous parler de ton univers musical ? »

« Eh bien, je suis plus orienté sur la musique underground mais j’apprécie tous les styles du musique en général, du jazz au hardcore. À vrai dire tout est source d’inspiration et c’est cette diversité qui me permet ensuite de créer des sons qui me plaisent. »

« Ca t’apporte quoi personnellement, la musique ? »

« C’est d’abord une passion, quelque chose dans quoi je peux m’investir sans compter les heures et qui me détend énormément. »

« Je vois. Est-ce que tu te rappelles du moment où tu as véritablement commencé à faire de ta musique un projet sérieux ? C’était il y a longtemps ? Quel a été ton point de départ finalement ? »

« À partir du moment où l’ambition est entrée en compte je dirais. Au départ, je faisais ça comme un loisir, et puis le fait que mon entourage y soit sensible, qu’il m’encourage et aussi que je m’amuse de plus en plus en composant, tout ça m’a donné envie d’en faire quelque chose de vraiment sérieux. Ca l’est devenu quand j’ai commencé à publier des sons sur ma chaîne. Ca doit faire un an et demi maintenant, et mon point de départ, c’est un peu bizarre, mais c’était mes proches, qui étaient dans les premiers à croire en ce que je faisais. » 

« Tu fais des sons assez diversifiés. Où est-ce que tu puises ton inspiration ? Y a-t-il des genres précis où quelques artistes que tu pourrais citer ? »

« La musique que j’écoute bien sûr, mais aussi tous les festivals et free party auxquels je participe. Il y a aussi les moments où j’ai l’occasion d’échanger sur la musique avec les autres, et puis d’une certaine façon l’expérience. Je veux dire par là que je grandis, que j’évolue et que ma musique évolue avec moi : elle « s’enrichit » de mon vécu, d’une certaine façon. En terme de genres, la psy trance m’a beaucoup porté. J’y ai vraiment puisé toute la motivation pour faire mes débuts. Si je peux citer un artiste du genre, je dirais Mandragora. Dans des ambiances plus douces, je suis attaché au lo-fi et au sons plus chill avec FKJ et Saib. »

 

P1020536.JPG

Magie – McToint

« Est-ce que tu perçois ta musique comme un moyen de faire passer un message particulier ? Tu poursuis un objectif précis dans ta relation avec le public ? »

« En créant de la musique, ce que j’aimerais apporter, c’est de la joie. Ce que je souhaite, c’est que mon public aime la musique, la partage, passe de bons moments en l’écoutant. »

« Est-ce que tu as un son qui pourrait illustrer plus que les autres cette identité musicale personnelle ? Pour quelle(s) raison(s) ? »

« L’un de mes sons préférés, c’est Magie. Il fait partie des sons calmes que j’ai réalisé et j’aime toujours autant l’écouter. L’avant dernier, Le Voyageur, m’a beaucoup inspiré et est aussi un de mes préférés. »

« Est-ce que tu peux me décrire le cadre dans lequel tu travailles ? »

« Chez moi. J’ai un garage où j’ai ma table et mes enceintes, un peu de bordel aussi. C’est vraiment le lieu où j’ai commencé et c’est là où je retourne pour travailler mes sons. C’est une sorte de petit studio pour moi. J’ai besoin de cet endroit où je me retrouve seul avec mon ordinateur, ma clope et ma musique. » 

« As-tu un scénario type, des habitudes inchangeables lorsque tu crées un son ? »

« Chaque son est différent bien sûr. Après, s’il devait y avoir un schéma type, je dirais qu’en général je fais la plus grosse partie d’un son d’une seule traite, et qu’ensuite je vais m’y remettre plusieurs fois pour le peaufiner. Au final, le temps de composition peut être vraiment long parce que j’ai énormément de sons en cours : je peux mettre plusieurs mois avant de les terminer. »

« Si tu devais qualifier tes sons, tu dirais qu’ils sont plutôt spontanés ou au contraire très travaillés ? »

« Ca varie énormément d’un son à l’autre. Je pense que ça se ressent à l’écoute. Quand je veux vraiment travailler un son il y a un clip derrière en général et le son est plus dense et plus structuré. »

« Et en tant qu’artiste amateur, quelles sont tes motivations pour persister dans cette voie ? »

« C’est vraiment ma relation avec le public qui me motive. J’aimerais faire danser les gens. »

« Tu as un projet en ce moment ? Tu peux nous en parler ? »

« Début 2019, vers février-mars, j’aimerais sortir soit un véritable album, soit un EP vraiment travaillé. Je travaille dessus en ce moment. » 

« Pour conclure, j’aimerais savoir où tu te vois dans 10 ans ? »

« Dans 10 ans j’aimerais vivre de la musique : ce serait un rêve. Pas seulement de ma musique mais du monde de la musique en général, en devenant peut-être ingé son pour travailler au plus près de la création musicale. »

 

Pour commencer à suivre la chaîne de ce jeune talent c’est par ici.

Meilleures fêtes à tous,

Aimablement vôtre,

@LesYeuxBruns

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s