Au coeur d’un voyage chromatique unique

Voyage coloré, formes étranges, ambiance déstabilisante, le Musée d’Orsay à Paris accueille plus de 300 chef-d’oeuvres signés Pablo Picasso. Du 18 Septembre 2018 au 6 Janvier 2019 l’exposition « Picasso. Bleu et rose » revient sur six années cruciales qui ont formé l’identité artistique du peintre catalan. Inédite, cette exposition qui n’avait jamais été exhaustivement traitée en France couvre une période qui s’étend de 1900 à 1906. 

Plongé au sein d’une exploration chromatique unique, le spectateur découvre au fil de la visite les différents états d’esprit de l’artiste. La palette de couleurs étant d’abord dominée par la couleur bleue, celle-ci s’estompe progressivement, afin de laisser place aux couleurs roses et ocres. 

Cette exposition constitue une collaboration entre le musée d’Orsay, le Musée Picasso de Paris, le Musée Picasso de Barcelone et d’autres grands musées du monde. En effet, il s’agit d’un système de circulation d’œuvres de grande envergure. Cette exposition est certainement l’unique occasion de voir ces deux périodes clé de l’artiste réunies.

Un bleu sombre et glacial

Agé de 18 ans, Pablo Picasso débarque à la gare d’Orsay en 1900 pour représenter son pays lors de l’Exposition universelle. Avec une seule idée en tête, devenir le meilleur. Pendant trois ans, la « période bleue » correspond à une époque mélancolique et douloureuse marquée par divers événements :  visite de la prison pour femmes de Saint-Lazare où on enferme les prostituées, suicide de son ami Carlos Casagemas.

« C’est en pensant que Casagemas était mort que je me suis mis à peindre en bleu »

A cet instant précis Pablo Picasso prend conscience de la violence de l’existence. Ce choc émotionnel est à l’origine de cette période artistique bleutée. « C’est en pensant que Casagemas était mort que je me suis mis à peindre en bleu » a dit Picasso à son biographe. La profondeur psychologique de l’artiste apparaît à travers l’utilisation monochromatique du bleu.

b68e471ab74a2419d3fe682c2bce21c0.jpg
« Yo, Picasso » Huile sur toile, 1901 73,5×60,5 cm

Les oeuvres du peintre sont influencées par des artistes de son époque. En effet, les premières toiles de l’artiste sont marquées par certains codes propres à Van Gogh, Goya, Le Greco, Toulouse-Lautrec… L’exemple le plus marquant est un autoportrait « Yo, Picasso » dont les couleurs, l’angle choisi du visage ainsi que ses traits font écho aux toiles de Van Gogh.

A travers cette exposition on ne voit pas qu’un seul peintre, mais plusieurs. En effet, Picasso c’est l’ensemble de plusieurs peintres en même temps.

picasso-la-vida.jpg
« La Vie » Huile sur toile 1903, 197×127,3 cm

Durant cette période bleue, les visages sont illuminés d’un blanc glacial et éclatant sur un fond bleu sombre. Les personnages sont marqués par des cernes et des aplats de couleur, les toiles sont envahies de mélancolie. Au sommet de la période bleue le tableau monumental « La Vie » allégorie du cycle de la vie représente Casagemas, une femme et un enfant.

Le rose entre en scène

original
« L’Acrobate à la boule » Huile sur toile, 1905, 147×95 cm

En 1905, Picasso semble s’apaiser, il  découvre l’amour avec Fernande, puis Madeleine. Des tonalités roses et beiges ont remplacé le bleu, et viennent traduire une période de simplicité et de tendresse. On retrouve dans ces tableaux le cycle des « saltimbanques » certainement influencé par sa proximité avec le cirque Médrano. Les corps sont davantage sculptés comme celui de l’homme au premier plan de « L’Acrobate à la boule » où l’on peut voir que le bleu ne disparait pas complètement.

Les styles de l’artiste varient sans cesse. Il emprunte aux maîtres anciens, à sa façon, avant de trouver un style propre qui va le mener à la révolution cubiste, comme en témoigne son oeuvre avant-gardiste « Les demoiselles d’Avignon » ci-dessous . 

image.jpg.png
« Les Demoiselles d’Avignon » Huile sur toile, 1907, 243,9×233,7 cm

Tout au long de cette exposition, le spectateur est plongé au coeur même de l’intimité de l’artiste. Ainsi, il se sent proche et compréhensif de sa douleur. Cependant, la couleur bleue, parfois glaciale crée une distance troublante entre le spectateur et les oeuvres. La période rose quand à elle semble plus difficile à cerner. 

Picasso est un artiste qui a su se renouveler, innover dans son domaine, c’est cela qui fait toute la force de l’artiste.

L’intérêt de cette exposition est de pouvoir comparer ces deux périodes, constater par le biais des couleurs l’évolution de ses états d’esprits. Découvrir séparément toutes ces oeuvres perdrait de sa magie.

Faustine MAGNETTO

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s