Orelsan lyriciste aguerri

Personne ne s’y attendait, un clip, une annonce, une date; c’est comme ça que tout a commencé. Ce « tout » représente La Fête est Finie, troisième et dernier album en date d’Aurélien Cotentin plus connu sous le nom d’Orelsan. On ne vient pas à vous pour parler de ventes ou de chiffres mais bien d’un chef d’oeuvre. C’est la meilleure manière de décrire cet album. Depuis Perdu d’Avance on suit Orelsan dans ces évolutions et ses nouveautés, on va de surprise en surprise; mais surtout l’évolution et le changement est réel. Il ne reprend pas la même formule album après album pour nous resservir un plat réchauffé, et c’est ça qui fonctionne si bien. On retrouve totalement son esprit et en même temps on découvre une nouvelle manière d’approcher la musique.

Il serait trop simple de décrire trentenaire de Caen comme un « rappeur », il s’agit plus d’un créateur. De la vidéo à la sape Orelsan est partout. Il a lancé Avnier, maintient son duo avec Gringe (pas Greenje), a tourné un film, une série, etc. Rien ne semble être assez pour le stopper mais en plus de cela il arrive à nous motiver et à nous donner envie d’aller plus loin. Mélancolie et dépression le tout secoué dans une lueur d’espoir. Voici la base du subtil mélange de cet album, mais on trouve toujours le côté critique du normand qui nous avait tant manqué, il nous donne l’impression de rester toujours très en retrait par rapport au show business et toutes les paillettes de la célébrité.

L’album contient 14 titres, quelques feats, bref, un schéma classique à première vue. Mais après une écoute la vérité apparaît, la ligne conductrice se ressent d’un coup, tout s’enchaîne à perfection. On va se poser sur la musique, et uniquement la musique. Ce qui est incroyable au travers des titres c’est une ambiance générale qui s’en dégage tout en marquant un changement d’univers à chaque titre. La proximité avec Skread c’est surement ce qui explique ce sens du détail, les paroles et l’instru viennent s’imbriquer à la perfection comme deux briques Lego de la même couleur. Chaque titre est d’un travail incroyable, chaque paire d’oreille peut entendre tout les détails ajoutés pour rendre chaque titre un réel frisson à travers votre corps.

Les collaborations sont incroyables, bon je ne vais pas mentir je n’ai pas accroché au titre avec Maitre Gims donc je ne m’attarderais pas dessus. Il me semble important de parler de la collab avec Stromae, simple mais si forte, la voix du Belge sur le refrain nous transporte ailleurs. On retrouve aussi Nekfeu et Dizee Rascal sur Zone. Ce titre est sombre, frappant, il est si bien enchaîné qu’on pourrait croire à une même personne possédant trois vois et trois flows. Le dernier titre avec Ibeyi est une prouesse, presque 8 min, à la croisée entre rap et slam le temps passe si vite.

On ressent tout de même une construction qui pourrait s’apparenter à celle de son second album Le Chant des Sirènes. On se retrouve confronté au fur et à mesure de l’écoute aux peurs et aux questions qu’Orelsan se pose à lui même sur sa situation, tout en ne sachant que faire. Il semble comme désemparé et perdu face à cette situation. L’album se clôture sur 8 minutes somptueuses où Orelsan nous pousse dans notre vie à nous démener mais aussi nuance ses propos. On entend une voix plus raisonnable, plus posée, moins extrême mais toujours dans son entièreté. Tout au long de l’écoute la réflexion s’amorce, parfois le cœur se serre, les larmes roulent puis la motivation resurgit. Il faut casser cette idée simple d’un album qui va se consommer rapidement dans une société qui court après elle même, mais bien au contraire s’asseoir. Écouter au lieu d’entendre, encore et encore. Orelsan nous donne envie de s’chapper, de crier, de quitter cette routine qui nous enferme plus chaque jour, de tout casser autour de nous. Cet album est touchant, bouleversant et restera gravé au plus profond de nous mêmes c’est pourtant simple à comprendre, basique.

@matthbis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s