Flip party, la fête de Stupeflip : division des fans et chaos inexplicable

Suite à un record de financement sur Ulule, le groupe Stupeflip s’est retrouvé bien embêté avec autant d’oseille sur les bras. La Flip Party, c’était la promesse du crou de passer une soirée inoubliable avec tous ses fans au moyen d’une grosse teuf underground à 35 euros la place. En sueur, fatigué et avec de gros acouphènes, revenons sur cet évènement qui ne s’est pas passé comme prévu.

Les lapins et la Flip Party

Pour cette grosse soirée, Stupeflip a joué la carte du mystère au chocolat : peu d’infos par mail si ce n’est qu’il y aura du son et qu’il faut venir déguisé, un lieu de fête gardé secret et quelques teasing à droite à gauche. Les annonces pullulent concernant une diffusion en direct de la fête sur Facebook,  les possibles animations, la présence de food-trucks, etc. Il était même question d’une fête entièrement virtuelle sur un serveur Minecraft pour ceux n’ayant pas pu se fournir un billet à 35 euros, initiative sans doute adressée aux rares fans désespérées de 12 ans qui espèrent s’ambiancer devant leur écran avec un jus d’orange à la main.

Le fait est que personne ne savait à quoi s’attendre mais que tout le monde avait ses idées et ses impératifs. Tandis que les plus pessimistes pensaient que la Flip Party ne sera qu’une soirée en DJ set sans la présence du groupe – King Ju, le chanteur leader, est connu pour ne pas aimer la scène et les concerts – les plus optimistes et rêveurs voyaient déjà un concert Stupeflip de 9 heures. Les « lapins », nom donné aux fans de Stupeflip, du groupe facebook ASFH ont alors pendant plusieurs mois activement organisé covoiturages, hébergements, soutiens aux malades ne pouvant venir et ateliers pâte à sel divers. Toutes ces discussions ont alimenté l’espérance et la hype des participants à la fête, d’autant plus que cette soirée déguisée a été l’occasion pour beaucoup de vêtir des costumes très originaux voir complètement fou.

L’espoir d’un concert et d’une tension palpable

Arrivé à Aubervilliers et en suivant quelques panneaux Flip Party, il est 20 heures. Moi qui n’avait pas de costume la veille, j’ai opté pour un costume de Casimir, monstre gentil de l’île aux enfants cité par Cadillac, le deuxième chanteur du crou, dans plusieurs de leurs sons. Cette file qui n’en finissait jamais était animée par des fans complètement surexcités dans leurs costumes respectifs où punchlines de Stupeflip et étreintes diverses se succédaient dans un esprit de fraternité surnaturel. Avec une durée d’attente d’environ 1 heure 30 – 2 heures ce n’est que vers 23 heures (là où le rendez-vous était donné à 20 heures) que le monde contenu dans la salle fut suffisant pour commencer la soirée. En entrant dans l’un des docks d’Aubervilliers, nous réalisons tous nos rêves de gosses devant un tel décor:  de gigantesques dispositifs projettent des images psychédéliques sur les murs, de grandes lanternes cauchemardesques pendent au plafond et les spectateurs sont tous agglutinés vers le fond de la salle où un rideau cache le groupe prêt à se révéler à tout moment. Deux portes donnent accès à l’extérieur où une rue entière a été mobilisée afin d’y mettre deux foodtrucks et deux bars très sympathiques proposant leurs propres mini-animations. Un stand vendant plein de goodies du groupe ainsi qu’un vestiaire est également présent à l’entrée. Les quelques doutes des pessimistes semblent alors écartés, et la vraie soirée peut commencer. Sur le rideau, des barreaux de prison sont projetés. Derrière, un faisceau lumineux laisse vaguement apparaître King Ju, le leader du crou, qui mixe ses anciens et nouveaux sons. Après une heure de teasing, le rideau s’ouvre et dévoile un groupe de métal auquel vient se greffer le chanteur de Stupeflip sous un tonnerre d’applaudissement. Quelques reprises épiques plus tard, le groupe part, Cadillac arrive sur la scène et commence alors la véritable soirée. Quelques morceaux cultes sont joués pour le grand plaisir des fans, il est presque 1 heure.

Mais soudainement, très vite et sans explications, le groupe sort de la scène. Un Dj apparait alors sur la plateforme principale. La tension dans l’air est alors presque palpable car, en manque d’information, le public se demande où est passé le groupe. Jusqu’à 5 heures, plusieurs Dj se succèderont, et les quelques lapins ayant deviné la fin du concert à proprement parlé remballent déjà leurs déguisements et quittent la salle. Les autres resteront jusqu’à la fin de la soirée et, lorsqu’ils n’étaient pas nourris par l’espoir d’un concert de leur idole,  attendaient juste affalés au sol l’espoir d’un premier metro pas trop tardif. C’est un peu dans l’indifférence et la déception générale que s’est finie cette soirée sensée avoir été mythique. Que s’est-il passé ?

Une organisation calamiteuse

A partir d’une heure du matin, alors que le premier Dj set commence, les premiers problèmes d’organisations sont apparus là où beaucoup de s’y attendaient pas. Les foodtrucks, en plus de clairement manquer de stock, ont été massivement attaqués par les participants si bien qu’il fallait attendre 1 heure 30 entière pour avoir le droit de payer 9 euros un Hamburger beaucoup trop cher. Vers 2 heures, aux différents bars de la soirée, les futs de bière sont vides et provoquent l’indignation des belges qui auraient pourtant adoré ramener leurs propres futs. A 3 heures, la boutique de merchandising a fermé de manière inexplicable où le vendeur a clamé de manière effrontée et peu compréhensible « on a bossé de 20h jusqu’à 3h non stop, c’est bon hein ». Aussi, les gobelets consignés deviennent de plus en plus rares et l’odeur de cigarette et de beuh s’accumule dans la salle centrale jusqu’à créer un aquarium auquel quelques personnes n’étaient pas préparées. Le rêve de la première impression s’écroule alors lentement mais surement tandis que la salle se vide de plus en plus.

Du côté de la scène, les membres du groupe s’articulent de manière décomplexée devant les différents Dj. Aussi, les animations comme le concours de sosie passent presque inaperçus sur la grande scène où l’organisateur clame sur scène: « je sais pas quelle idée de merde j’ai eu mais bon, voilà le gagnant ». Ce qui a rendu bon nombre de fans dubitatifs, c’est bien King Ju sur sa tour inébranlable de menfoutisme ultime. Pendant plusieurs heures, le leader du groupe dit à ses fans de « se regarder les uns les autres et de danser putain », que la Flip Party « c’est une soirée et pas un concert, merde » avant de faire des doigts d’honneur à son public et de partir, complètement bourré en précisant malgré tout qu’il « l’aime putain ». Vers 4 heures, après 2 heures de rap US des années 90, King Ju réapparait pour faire une heure de playback. Il donne son micro à une lapine : « malgré tout ce que tu fais King Ju, on t’aime quand même ». Éméché, ce dernier répond « ok donc ça veut dire que la soirée c’est de la merde hein ?« .  Les rires retentissent alors et le dernier morceau arrive doucement, morceau qui de manière prophétique, a prévu la réaction d’une grande majorité du public.

Sur le groupe Facebook de l’ASFH,  les réactions se font vives et acerbes, entre déceptions et leçons de moral.

« J’ai pas été à la Flip mais j’en vois qui sont déçus. Mais les lapinous réveillez vous. Vous n’y alliez pas pour la bière. »

« Vous vous êtes fait chier ? La pour le coup c’est a vous de vous poser les bonnes questions. »

« J’ai fait 9 heures de route pour ça ? […] Merci Stupmerde »

Dans le métro, les lapins font part de leur déception. Du coup, soirée ratée ?

Un gros bordel assumé

Si il y a une chose unique à Stupeflip, c’est bien sa proximité avec son public, et ce malgré de nombreux doigts d’honneur et d’insultes qui ne sont que la façade d’un groupe qui aime, non pas sans agacement, sa Fanbase. Cette proximité étrange et schizophrénique explique un peu le déroulement de la soirée où le foutage de gueule était clairement assimilé par tous. Comme leurs sons, le crou fait n’importe quoi sur scène pour le malheur de certains mais pour l’amusement des autres.

Ainsi, malgré tous ces problèmes et un groupe étrangement présent/asbent sur scène, la soirée s’est bien passé pour de nombreuses personnes.

« Du coup maintenant que j’ai désaoulé je voulais juste vous dire à tous que c’était génial parce que sur internet on est un peu tous débiles alors que hier c’était juste être en famille et jumper sur du gros hip-hop NRV et pogoter sur du punk NRV so merci pour tout ça les lapins et même si parfois l’asfh vous êtes relous ben vous êtes tous géniaux dans la vraie vie. »

STUPEFLIP PARTY : c’était géant ! Super retrouvailles entre adeptes consentants.

La Flip Party c’est juste la location des docks par Stup pour les lapins avec des bonus je pense. Mais bon vu l’ampleur de la campagne ulule et les attentes de fou quant à cette soirée de foli je comprends que certains soient déçus

Ainsi, certains clament déjà une division dans la Fanbase du crou. Là où la soirée était réussie, c’était dans ses musiques, dans la qualité des DJ sets, dans l’ambiance portée de bras par le public et leurs costumes improbables dans une ambiance de bisounours permanente. La majorité qui attendaient un concert étaient alors déçus, alors que les autres, aux attentes plus « réalistes » étaient plus que contents d’être là.

En jouant la carte du manque de communication pour leur soirée, Stupeflip a pris le risque de décevoir beaucoup de ses fans. Si le déroulement de la soirée avait été clairement annoncé avant son commencement, nul doute que le public se serait davantage prêté au jeu. On peut alors comprendre l’ennui des gens ayant déboursé le prix d’un billet de train en plus de leur billet d’entrée pour venir à un évènement dont ils ne connaissent rien.

 

Conclusion

Pour une place à 35 euros, on aurait aimé une meilleure organisation qui ne s’essouffle pas au fur et à mesure de la soirée. Si l’intention était bonne et si l’imagerie et l’ambiance était assez incroyable, force est de constater que le manque de communication ainsi que le menfoutisme apparent du groupe a déplu à certains là où d’autres ont trouvé dans cette soirée le nirvana qu’ils recherchaient. Encore une fois, après leur dernier album, le groupe divise pour le meilleur et pour le pire.

Une réponse sur “Flip party, la fête de Stupeflip : division des fans et chaos inexplicable”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s