ACRIMONIE JOYEUSE DE LA SEMAINE Parti(e) Print Club

Une semaine de procrastination maladive finit par confronter l’ultimatum de fin de semaine : écrire quelque chose qui vaut un minimum la peine d’être lu. À chaque incrémentation, à chaque fois que le compteur de vue annonce la moindre augmentation mon désarroi augmente encore un peu plus. Pourquoi quelqu’un viendrait-il lire mes lamentations ? Mon avis dénué d’impartialité intéresse-t-il quelqu’un ? Suis-je insupportable ? À chaque incrémentation je me promets d’arrêter et pourtant chaque semaine je recommence… Alors cela vaut-il la peine d’être lu ? J’en doute, mais semaine pour atteindre summum du «  I can only talk about myself » cette chronique n’est autre qu’auto-promotionnel !
C’est donc toujours la biennale de design à Saint Etienne et mon contre-rendu d’exposition cette semaine se ferra sans aucune modestie sur Parti(e) Print, là où je me trouve, notre expo. Malgré mon nombrilisme j’ai tout de même attendu la fin de l’évènement avant me m’étaler et crier sous les toits (ça c’est moi cherchant à obtenir votre clémence). Donc Parti(e) Print : le temps d’une semaine, une partie des troisièmes années design ont organisé une manufacture d’impression au coeur de la biennale. Pendant une semaine on a sérigraphié en public, il faisait beau, on mettait de la musique, on a fait croire à tout le monde qu’on était des cool kids aux beaux arts de Saint Etienne. Dix affiches autour thème du travail avaient été choisi au préalable, puis au fil des jours, on les tirait à la force de nos bras par série de 30. Malgré l’apparition d’un marché noir concurrentiel les affiches étaient données gratuitement à celui qui osait quémander. Aujourd’hui nos affiches pendent peut être fièrement dans les toilettes ou le garage d’un parfait inconnu qui est passé par hasard à nos côtés et qui est reparti un carton sous le bras. À Parti(e) Print il y avait une terrasse au soleil où il faisait bon de faire la sieste entre deux découpes des posters et deux coups de karcher. Pendant une semaine Parti(e) Print fut le QG de ma procrastination, mais aussi l’opportunité de construire en synergie un projet à nous lors de la biennale. On se souviendra surement de l’espace tout de noir et jaune là bas au fond après les ateliers, du gigantesque P/banc et de la médiation improvisée.
En souvenir de cet événement il reste encore une page Instagram alimentée avec passion et dépourvu d’amour propre : on a mit plein plein plein de hashtag et on a follow plein plein plein de gens ! Aujourd’hui c’est fini, on est un peu triste mais pour faire durer le plaisir ou encore pour tenter de faire notre deuil on songe organiser une Print Party (championnat du monde de jeu de mot catégorie expert). Exposer à la biennale c’est bon pour l’égo, ça fait beau sur un cv mais à l’heure qu’il est, il va bien falloir s’y remettre, retrouver la vraie vie et se remettre au boulot. Bye bye Parti(e) Print, hello les 4 sujets en retard !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s