ACRIMONIE JOYEUSE DE LA SEMAINE Jerszy Seymour more like Jerszy c’est lourd

Il est onze heures du matin on est samedi, j’ai réussi à porter mon corps jusqu’à l’auditorium, après trois jours intenses. Working Promesse, devant moi, derrière le micro ça parle encore et encore des mutations du travail… Normal c’est le thème de la biennale. La biennale internationale de design de St Etienne a ouvert ces portes mercredi soir, elle avait décidé de signer notre arrêt de mort et on avait oublié ce que ça faisait. On avait oublié l’hystérie générale que provoquait l’alcool gratuit et ce que l’open bar Ricard faisait sur un estomac à jeun.
Étant donné que la biennale va durer un mois, j’ai devant moi tout le temps d’écrire ici mon avis éclairé (pas moins) sur les nombreuses expositions en place, mais pour cette fois je me limiterai à la biennale post 18 heures. Quand on est comme moi étudiant aux beaux arts de Saint Etienne, la première semaine de biennale consiste principalement à se nourrir boire et survivre sur le dos du contribuable passant de vernissage en vernissage.
On est maintenant dimanche soir, je me dois de trouver la force d’aller au bout de cet article avec la dernière once d’énergie qu’il me reste. Mon énergie je l’ai perdu un peu plus chaque soir mais c’est vendredi que je l’ai libéré de mon corps avec le plus d’enthousiasme. Je suis quasi sûre d’obtenir un consensus général, si j’avance que la soirée de vendredi soir au Lucky Larry Cosmic Commune fut l’une des plus mémorables. Le refuge de l’inégalable Jerszy Seymour et toute sa clique nous ouvraient enfin ses portes pour une soirée Casino Céline Dion et piste de danse endiablé.

Lucky Larry 1

Le projet : installer dans deux étages de friche, un lieu communautaire, de partage où il est possible d’y dormir moyennant une participation aux tâches ménagères. C’est donc un squatte hallucinant complètement recouvert de bâches colorées, d’installations énigmatiques (ouais il y a même une énorme piscine gonflable) qui vibre au rythme de la musique. Après un mois de travail de forcené l’équipe de Lucky Larry nous ont accueillit avec bienveillance, pendant des heures on a dansé dans une ambiance grisante. J’ai eu la chance de pouvoir rentrer à la table du très sérieux casino où l’on misait l’euro symbolique et lançait les dés dans l’espoir de remporter le pactole. Bien sûr j’ai perdu ma pièce tandis que d’autres ont fini avec les clés d’une Twingo, challenge étant maintenant de trouver où peut bien se trouver cette voiture. Vendredi soir je m’étais ordonnée de retrouver mon lit à une horaire raisonnable, mais à la minutes où nos pieds ont passé le seuil de Lucky Larry Cosmic Commune j’ai su qu’il allait m’être impossible de remplir cette promesse. Il a bien fallu qu’on finisse par aller se coucher, sans trop de déchirement car nous savions que pendant un mois, Lucky Larry sera là pour nous gâter. Comment peut-on imaginer qu’au coeur de Saint Etienne se trouve en ce moment même un espace aussi incroyables ? Dur d’y croire, pas tant que ça, il n’y a pas qu’au Chaudron, qu’à Saint Etienne l’ambiance est exaltante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s