ACRIMONIE JOYEUSE DE LA SEMAINE Fini pour cette fois-ci

Aujourd’hui je clos avec regret mais également soulagement je l’avouerai, le cycle fashion week de la chronique. Certes je n’aurai pas tout couvert, mais j’ai combattu vaillamment ma noyade, dans un flot incessant de drapés perchés sur des jambes interminables. Il est temps de mettre fin à mon asphyxie en clôturant la saison. La semaine dernière ayant fait un déni, Londres et Milan seront exclus de la chronique laissant place à Paris (peut être par chauvinisme, mais surtout pour des questions de timing). Timing donc depuis mardi les défilés à Paris s’enchaînent sans relâche pour toute la communauté fashion éreintée après deux mois de fashion week non stop. Bientôt les mannequins vont pouvoir dormir et manger de nouveau et la bourgeoisie va pourvoir dépenser le PIB du Yemen dans les boutiques qui vendront ce que la fashion week nous a offert de mieux et surtout pire. Je ne ferai pas de plan dialectique ici, je vais tenter au mieux de laisser le pire à la millionaire russe ou encore à Nicki Minaj et n’aborder que le meilleur.
En première partie abordons l’étrange et l’importable. Rei Kawakubo et Rick Owens c’est l’interlude art contemporain des défilés parisiens. Deux maisons qui font surement leurs chiffres d’affaires grâce à leurs collaborations avec les géants du footwear (Nike, Converse, Adidas et cie) plus qu’avec ce qui descend du podium. Alors que la moyenne serait de trente à quarante looks, dans les défilés Comme des garçons, les mannequins défilent en comité réduit, seulement dix-huit looks cette saison.

commedesgarc

Dix-huit silhouettes que mon penchant prosaïque qualifierait de mouton de poussière et que ma sensibilité (si bien-même j’en ai une) admire pour leur technicité et leur audace.
Le très sérieux Rick Owens s’est surement inspiré de mes prédisposions à mettre mon pull à l’envers au petit matin pour construire sa collection à l’inverse des codes.

owen

Chez Rick Owens les pulls étaient des coiffes, les vestes des pantalons et la manche pendante l’accessoire indispensable du style Owens.
Couronnes, coiffes de plume, fraise et symétrie, ce n’était pourtant pas le défilé Mc Queen, Jun Takahashi la figure non pas anonyme d’Undercover s’est approprié les cours d’histoire de l’Europe en peignant la noblesse, le clergé et l’armé à sa manière.

undercover

Ici le monde est uni, fantassins, curées et nobliaux portent la tenue avec autant de finesse et richesse.
Comme la mode était à Paris, parlons donc parisianisme et de la Parisienne comme le fait absolument tout le monde quand on parle de mode en France. Pour cette saison je serai d’accord avec la définition de Dries Van Noten.

driesvannoten

Pour Dries, cette femme a plus de quarante ans et ne s’en cache pas. En France, le temps fait le bon vin et les belles femmes.

jacquemus

Simon Porte chez Jacquemus (j’adore tes stories instagram quand tu fais du vélib, so sex) lui a raconté l’histoire de la Parisienne griffée couture qui tombe amoureuse d’un gitan du PACA. Elle essaye alors de la jouer gitane, mais en vain car madame is too couture!

lemaire
En version douceur, Paris c’est aussi Lemaire et pour la version née dans les 90’ il y a la parisienne hype de la maison Kitsuné qui donne envie d’abandonner le noir et le gris pour ne porter plus que du bleu électrique et du rouge.

kitsune

Dans la même veine, un an après la mort d’André Courrèges le jeune couple Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant ont su ressusciter la marque à coup de pragmatisme se concentrant sur les produits et mettant de coté les défilés.

courrege

Paris et son snobisme vestimentaire n’est donc pas près de disparaitre, le parisien fortuné restera bien habillé et pour longtemps encore nous longerons les murs du métro de peur de froisser un trench Céline et de rayer le vernis d’une paire de Saint Laurent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s