Petit Pays

Petit Pays a été écrit par Gaël Faye, nous livre un récit poignant, celui d’un adulte exilé, marqué par son enfance volée. Dès les premières lignes, Gaël Faye montre à quel point les conflits sont absurdes, incompréhensible pour un enfant.

L’auteur nous livre l’histoire de Gabriel petit garçon vivant dans les années 1990 au Burundi, pays voisin du Rwanda ou a lieu en 1994 le génocide des Tutsis. Sa vie d’enfant pourrait être n’importe où dans le monde, avec ces soucis et problèmes d’enfants, ces jeux dans son quartier d’expatrié.

Gabriel nous décrit avec sa vision d’enfant ce conflit incompréhensible qui touche de plein fouet son petit pays, son impasse en théorie hors d’atteinte. Il vit toute cela indirectement et assiste impuissant à cette violence qui gagne tous les membres de son entourage. Il se tourne alors vers les livres « Dans mon lit, au fond de mes histoires, je cherchais d’autres réels plus supportables ».

On découvre une autre Afrique, complexe, vivante, encore largement marquée par le colonialisme, mais aussi abîmée, détruite. Pourtant après ces violences, jamais Gabriel, petit garçon du récit ne perd son amour pour le Burundi, qui reste pour lui un lieu d’espoir lieu de son enfance abîmée.

Petit Pays nous parle d’exil loin de son pays, mais aussi loin de son insouciance d’enfant. Gabriel a traversé le conflit sans vraiment en comprendre les faits, partagé avec sa bande d’amis entre les joies de sa vie dans l’Afrique colorée, chaleureuse et l’horreur du génocide au Rwanda, la guerre civile au Burundi.

Le retour au Burundi, à son enfance, est à la fois attendu et redouté, par le Gabriel adulte, mais aussi par nous les lecteurs. Le Burundi peut-il prendre un nouveau départ à nos yeux et permettre à Gabriel de retrouver son enfance ou n’est-ce qu’un cycle qui ne semble pas vouloir prendre fin ? C’est l’une des questions que je me suis posée en terminant le livre. C’est pourquoi il faut le lire, car c’est aussi à cela que servent les livres : apprendre, découvrir, voyager et surtout, ils ont ce pouvoir de donner envie de chercher, comprendre remettre en question, « (…) deviens riche de tes lectures, de tes rencontres (…) ».

@clarisssima

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s