ACRIMONIE JOYEUSE DE LA SEMAINE Retour aux sources

Ça y est, je rentre dans la routine, j’ai tenu jusqu’ici au rythme que je m’étais fixé, celui d’écrire une chronique par semaine. Aujourd’hui arrivant à ma dixième publication, je me dois de faire un léger travail rétrospectif pour avancer. Il y a presque trois mois, j’ai intitulé ma participation hebdomadaire au magazine «  Acrimonie joyeuse de la semaine » prônant un cynisme assumé. Mais voilà que depuis quelques temps cette chronique n’est plus si acrimonieuse. Sûrement  vous est-il plus agréable de me lire réjouissante, mais mon enthousiasme négatif a perdu de sa splendeur ! (oui la splendide négativité est un concept pour lequel je devrai sûrement déposer un brevet). mais que cela ne tienne, j’ai donc pour vous, aujourd’hui, un sujet qui ne tarit pas reproche. Oui cette semaine j’ai vu La La Land… Quoi de mieux que blâmer ce que les autres encensent pour renouer avec le passé. Je suis allée voir ce film pour deux raisons : Damien Chazelle, ce jeune réalisateur qui nous a gâté il y a de ça trois ans avec Wiplash et bien sûr pour Ryan Gosling (non je ne vous cacherai pas pour mon penchant frivole pour le minois blondinet du canadien au profit d’une raison plus respectable et intellectuel). L’idée de retrouver Ryan et Emma main dans la main six ans après Crazy, Stupide, Love semblait être un bon programme pour un dimanche soir. Aujourd’hui je le regrette, j’aurai sûrement préféré ne pas voir ce film pouvoir encore dire «  Ah oui j’en ai entendu parler ça à l’air chouette, un bon good movie ». Ce n’est plus le cas je suis marquée à jamais par ces deux longues heures passées dans cette salle de cinéma me demandant pourquoi une chose pareille a-t-elle pu sortir de l’esprit de Damien Chazelle.  Oui je me suis ennuyée et certaines scènes m’ont fait grincer des dents (la scène très « demoiselles de Rochefort » du début m’a honnêtement mise très mal à l’aise). Bien sûr on m’a dit : « mais tu étais au courant au moins que tu allais voir une comédie musicale ?! », oui je le savais, oui je suis au courant du kitsch qui émane des films de ce genre, mais oui j’adore « Singing in the rain » et « West Side Story » mais alors là… Dans Wiplash la musique avait force, ici elle n’est que contexte, le jazz n’est qu’un background, une façon de rendre Ryan Gosling stylé et créer une énième couche nostalgique. Emma je suis désolée, mais quand tu chantes c’est pas foufou et même si je sais que vous vous êtes beaucoup entrainés quand vous faites des claquettes vous êtes très loin de Gene Kelly et Donold O’Conor !

Un film hommage qui n’apporte vraiment pas grand chose, beaucoup trop long pour ce qu’il nous propose et une fin presque digne du « mais en fait ce n’était qu’un rêve ! de mes rédactions de CE2 ». Ça me fais assez mal d’écrire une telle horreur, mais je pense que même Ave César des Cohen est un meilleur hommage à l’Hollywood des fifties ! (t’inquiète Ryan t’étais quand même hyper BG).
Quel exutoire ! je peux maintenant revenir sur une pratique plus élogieuse sans éprouver de carence.
Raf Simons. Voilà mon choix de prédilection cette semaine pour toute mon approbation et mon amour. Raf Simons donnait son tout premier défilé new yorkais pour sa marque éponyme. Arrivé cet été en ville pour prendre la direction de l’institution du slip, Calvin Klein le créateur belge a alors également posé les valises de son label. Et dans le contexte cauchemardesque américain de ces dernières semaines, Raf Simons ne pouvais taper plus fort !

rafsimons.jpg

Une collection qui n’aurait pu être que la projection d’une expérience personnel est alors devenu une manifestation politique. JFK, l’arrivée sur le continent, la rencontre avec miss Liberty : c’est de ça qu’on parlait chez Raf Simons jeudi, quelques jours après la fermeture des portes du pays aux pays musulmans. Si Raf Simons a pu faire la queue pour passer les portes de l’aéroport et jouer les touristes en abordant un t-shirt mal taillé I ❤ NYC un odieux personnage en a voulu autrement pour des milliers de personnes. Des deux protagonistes je pense avoir ma petite idée sur qui peut encore Makes America Great Again.

Photos @Vogue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s