La Délicatesse

Un livre de David Foenkinos, 2009.

 

A la recherche d’un nouvel encas littéraire pour occuper mes trajets quotidiens, je me suis laissée conseillée. D’habitude j’attache une importance toute particulière à la sélection personnelle d’un nouveau venu dans ma bibliothèque mais J m’a convaincue avec ses yeux remplis de la magie du roman. J c’est une chouette copine que je remercie ici de m’avoir fait découvrir ce que je m’apprête à partager avec vous.

 

La Délicatesse c’est l’écriture très fine et souple d’un auteur amoureux des mots comme d’autres sont amoureux de leur chat. On passe d’une ligne à l’autre de façon aérienne, chaque passage donne son importance à un détail, un fragment d’expression  ou l’éclosion d’une émotion. Tout est traité avec cette grâce pleine de délicatesse qui donne ces notes si colorés à certains instants de la vie. Il y a comme de la magie qui se dégage de ces lignes quant au milieu d’un nœud de l’histoire on lit tout un paragraphe qui fait l’éloge du bruit des talons sur le parquet. C’est ce décalage entre un attrait définitivement envoûtant pour chaque finesse du quotidien et une histoire aux tonalités presque graves qui  fait de ces deux cent huit pages un ovni attirant.

 

Le scénario n’est pas un récit « grandiose », entendait par là que c’est une histoire qui appartient au commun des mortels et qu’il n’est pas difficile en refermant la dernière page d’imaginer que demain matin c’est vous que la vie secouera et précipitera dans une aventure semblable. Non, ce qui donne vraiment son essence au livre c’est le caractère presque sacré dont s’entoure chaque authentique moment de vie. David Foenkinos brise la surface de la réalité pour tirer tout le nectar qu’elle referme. Ces personnages se livrent avec cette franchise décousue qui fait ressortir la subtilité des rencontres, des mots, des départs,… Un tourbillon de charmes qui se moque des conventions littéraires, mieux encore, qui se les approprient comme le prolongement naturel de son style.

 

J’ai adoré. J’ai voyagé dans le cœur de Nathalie et des hommes qui gravitent autour d’elle avec le sentiment d’épier un étrange ballet alternant les instants de poésie pure et de maladresse comique sans jamais un seul accroc. C’est un livre que je conseille comme un besoin d’évasion ou juste pour se rappeler un instant de la portée de chacune des « délicatesses » dont la vie humaine est sans cesse parcourue.

@LesYeuxBruns

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s