Le Grand Secret, René Barjavel

Je lis dans les transports en commun. Autant dire que je lis tous les matins et dans le train une semaine sur deux pour m’évader des sièges pas franchement moelleux et des effluves humaines qui constituent une bonne heure de mon quotidien. C’est par petits bouts que j’ai découvert l’intrigue génialement ficelé de Le grand secret. Un livre de Barjavel, pas son plus célèbre mais avec sa petite renommée quand même. Il traînait sur les étagères familiales, il m’attendait.

Barjavel, c’est la première fois que je le lisais, il a sa plume. Un style un peu haché, sans fioriture avec des actions qui s’enchaînent sans relâche et qui font monter la pression. Il n’y a pas de place pour les phrases de trois kilomètres de long ici. Ca vous pique et ça vous pousse à absorber avec avidité les mots et chaque engrenage qu’ils égrènent. C’est une écriture vivante et presque violente qui contraste avec la romance passionnelle conté par l’auteur. Je ne suis pas fleur bleue en matière de littérature mais j’aime les images pures et les sentiments qui en découlent. Le livre referme ce petit plaisir rare, il se moque de la pudeur et défie toutes les lois du raisonnable au nom de l’Amour. L’auteur a une manière atypique de mettre en valeur ses personnages. Sa façon unique de les mettre en lumière avec beaucoup d’actes et des portraits sommaires grave des visages riches. Etonnement, cette esquisse franche et directe m’a rendue les personnages plus familiers. Ils sont loin de tomber dans des stéréotypes mais ce que Barjavel dépeint d’eux ressemble aux mots qu’on utiliserait pour parler d’une connaissance.

Les personnages constituent la matière première du livre. Ils sont essentiels au bon déroulement de l’action et s’illustrent dans leur profondeur et leur humanité. Ils ne sont pas manichéens pourtant chacun est porteur d’une conviction, d’un rôle, dans lequel il s’entête et refuse de se détourner. Ils forment une grande fourmilière unie par des intérêts qui les dépassent, qu’ils soient d’ordre humain ou naturel. Il y a quelque chose de foncièrement attachant dans l’acharnement qu’ils vouent à la cause qu’ils revendiquent. Puisqu’après tout sans ce dépassement de soi pour atteindre un but l’histoire n’aurait pu tenir la route.

L’intrigue est assez magique. Si vous êtes amateur de faits historiques mais surtout friand des hypothèses jamais vérifiées, de la vérité d’événements trop « vagues » ou bien simplement des délires qu’on peut fonder derrière chaque réalité, vous allez être charmé. Barjavel incise avec une précision chirurgicale les faits historiques de l’après Seconde Guerre mondiale pour mieux y distiller une autre version. En lisant je n’ai pas douté de la facticité de l’oeuvre un instant mais j’ai trouvé terriblement ingénieux et diaboliquement haletant cette revisite du passé.

J’ai vraiment apprécié l’oeuvre. C’est un échantillon de lecture qu’il me tenait de partager avec vous et j’espère sincèrement que la perception que j’en ai eu vous donnera envie d’acheter le livre (pas cher ceci dit) ou d’en télécharger le PDF (carrément gratos).

Mes meilleures pensées pour les fêtes,

@LesYeuxBruns

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s