Colonia

Le réalisateur allemand Florian Gallenberger, nous offre une plongée, pour le moins perturbante, dans le Chili de Pinochet en 1973. En effet, Colonia peut être considéré comme un film à suspens, un thriller, mais il raconte également un histoire d’amour entre Lena, une hôtesse de l’air allemande, jouée à la perfection par Emma Watson, qu’on ne présente plus, et Daniel, incarné très intelligemment par Daniel Brühl, vu dans Inglorious Basterds, Rush, et plus récemment Captain America : Civil War.
Ce jeune couple voit leur quotidien être chamboulé lors du coup d’état du militaire Pinochet le 11 septembre 1973. Les deux protagonistes se retrouvent alors séparés, et dans une tentative de retrouver Daniel, Lena décide d’intégrer une secte, « Colonia Dignidad », controlée par Paul Schäfer, dont Michael Nyqvist (le méchant dans Mission Impossible : Protocole Fantôme) prête ses traits.
Voilà pour la présentation et le synopsis du film, mais il vous aurez suffit de regarder sur Wikipédia et la bande annonce pour savoir tout ça, et là, de toute évidence, je ne vous aurez rien appris, et cet article serait alors dénué d’intérêt. On va remédier à ça.

Je vais sûrement vous donner l’impression d’exagérer dans les prochaines lignes, mais essayez d’être indulgent jusqu’à ce que vous le voyiez.

Colonia2

Par où commencer…, peut-être vais-je débuter par vous dire que cette histoire, inspirée de faits réels, bien que très belle et puissante, est assez dure. Une angoisse m’a tenue jusqu’à la dernière minute et chaque instant de répit me donnait l’impression que quelque chose de pire va se produire. La libération n’est accordée qu’au moment du générique. Et c’est à cet instant précis que j’ai pris toute conscience de l’influence de ce film sur mon état pour les jours à venir.
Effectivement, pour la première fois dans ma vie de spectatrice, un moment de flottement a envahi la salle lors de la fin du film ; un silence particulier, pour ne pas dire unique, régnait, chacun de nous étant sans voix au sens propre et figuré.
Pour ma part, j’étais triste et en colère envers le genre humain. Un tonne de questions m’a assayé la tête, et je n’ai trouvé aucune réponse ; parmi elles : « Comment as-t-on pu laisser une chose pareille se produire ? », « Comment est-il possible d’avoir une telle haine et un tel mépris pour les autres ? », « Pourquoi ? »

La nature humaine est sévèrement jugée dans cette histoire et ne comptez pas sur moi pour la défendre après les images que j’ai vu à l’écran.

Vous vous demandez alors sûrement comment il est possible d’apprécier un tel film et de le supporter étant donné le portrait que j’en fait. En réalité, l’histoire est magnifiquement portée par le duo d’acteurs. Emma Watson est impressionnante dans son premier rôle de femme et Daniel Brühl adopte un jeu impeccable. Et finalement on se raccroche à l’idée que que cette histoire d’amour trouvera la fin qu’elle mérite, je ne vous en dirais pas plus.
Enfin, je ne peux que vous recommander d’aller voir Colonia, en outre des très beaux costumes, ce film est un excellent moyen de respecter notre devoir de mémoire. D’une force incroyable, et non je n’exagère pas, ce long-métrage est un véritable ouragan si l’on y pense, tant au point de vue de notre réflexion sur la nature humaine, que sur notre Histoire ; ainsi que sur l’amour.

 

@MaelleTreb

Une réponse sur “Colonia”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s