Interview Odezenne

Quelle place donnez vous à la femme dans vos morceaux ?

– Je sais pas si on a tous la même vision de la femme. Y’a un mec qui nous a dis un jour que l’on confondait la femme avec Dieu. Dans  le morceau « Dieu était grand », on retrouve une déclaration sur la femme qui nous permet d’accéder à des trucs cool comme le bonheur. Malgré des morceaux comme « Chewing-gum » qui ressemblent à des mauvaises fables, c’est pas tellement cette facette qui est le coeur de notre musique. Les personnages traités dans nos chansons, qui sont souvent féminins, font partie de notre histoire et c’est pas vraiment une question de femme ou d’homme mais plus d’une personne avec qui on a été en relation à un moment. C’est pour ça qu’on a un regard assez clair dans un sens : ni machiste ni féministe. Mais voilà des grandes femmes ont partagé notre vie.

– Y’a peu de chansons que j’ai pas écrites pour une meuf.. Je sais pas si c’est une bonne chose mais c’est comme ça..

Quelle est l’idée directrice dans le clip/documentaire de « Novembre » ?

– Ce qui est particulier c’est qu’on n’avait pas comme idée de cliper « Novembre », pour nous c’était un disque qui était sorti sur lequel on avait clipé « Je veux te baiser » et on était passé à autre chose. Mais récemment j’avais vu un documentaire qui s’appelle « Être cheval » qui était vraiment hyper émouvant. Sur Internet, j’ai retrouvé le réalisateur, Jérôme Clément-Wilz, et du coup je lui ai envoyé un message pour le féliciter de son travail et 2 mois après on l’a invité à un concert, lui il couvrait « Nuit Debout » à ce moment là.  La première fois qu’on l’a rencontré le mec sortait d’une manif’, il était en combi militaire, bombers, masque à gaz et tout.. En fait le gars il a peur de rien, il a filmé les révolutions arabes en Libye, en Syrie. Il m’a raconté des anecdotes avec des Kalashnikov sur sa gueule et tout. Et donc lui il était au coeur des CRS et des manifestants. De plus il a une science de l’image qui est hallucinante. Et à ce moment là on s’est dit qu’on allait créer un format entre le clip et le documentaire. Nous ça nous intéressait vachement de coller des images du réel sur un morceau qui a pourtant 6 ans. Ça changeait beaucoup du clip avec ses personnages, sa narration ses décors et sa production. Le fait que tout d’un coup la fiction de ta chanson rencontre le réel capté par Jérôme, ça nous a vraiment plu.

-En plus le gars il hésite pas à aller au casse-pipe. Y’a des images qu’on a pas pu mettre dedans parce qu’il se sentait en danger quoi.

Quelle est votre évolution depuis O.V.N.I ?

-Avant O.V.N.I on avait sorti un album qui s’appelle « Chantilly » qui était encore différent. Et voilà c’est la preuve qu’on grandit. On sort un disque tous les deux ans ou trois ans et on évolue.

-La seule obligation qu’on se met c’est de faire ce qui doit être fait au moment où on est en train de le faire. C’est-à-dire que « Tupuducu » on aurait pu en faire 5 tu vois, faire plein d’egotrip dans ce délire. Mais on l’a pas fait parce que c’est pas palpitant. On aime bien découvrir des choses et on part souvent d’une feuille blanche.

-Surtout maintenant qu’il n’y a plus de samples depuis deux disques.

-Après on retrouve toujours des liens, je pense par exemple au morceau « Satana », c’est pas si loin. Y’a forcément des connexions puisque ça reste les mêmes artistes. Mais effectivement quand on a fait « Tupuducu » on avait même pas trente piges et là on en a 35. Donc on avance et on peut pas rester dans la routine dans la musique. On adore ce qu’on fait au moment où on le fait mais si tu veux pour moi c’est devenu impensable de refaire un morceau comme ça aujourd’hui. Mais on le joue encore en live.

-Y’a des gens qui disent qu’on fait toujours la même chanson. Des artistes qui pensent que peu importe ce que tu fait, t’es toujours en train d’essayer de tenter de réaliser la même quête.

-J’ai souvent la métaphore de la branche. Les choses elles se font naturellement. Une branche tu peux pas prévoir comment elle va pousser et c’est un peu comme ça pour nous.

On vous place souvent dans le rap alternatif, dans quel mouvement vous vous situez ?

-On me dit des fois que j’ai fait un ou deux super album de rap alors que j’en ai quasiment jamais écouté et que je viens pas tellement de cette culture.  Mais notre sensibilité nous a permit de faire certaines choses dans ce style de musique. Mais notre approche c’est plus une approche de groupe et on fait ce qu’on peut. Et, comme tu le disais, on fait choses qu’on faisait pas forcement avant, c’est mouvant. Je trouve que c’est difficile de nous classer parce qu’on appartient pas à une mouvance. Aujourd’hui l’électro française prend le chemin de ce qu’a initié Rode avec Fakear ou Superpose et de fait y’a un mouvement qui se créé et du coup si je commence à faire ce genre d’électro on va nous mettre dans cette mouvance. Nous on est à contre courant, parce qu’on a commencé en faisant du rap et de la gratte.

-De ton point de vue de spectateur, je pense que nos morceaux les plus marquants sont associés à cette scène là. Mais nous on sait depuis le premier jour qu’on fait du rap par accident.

Quelle est votre le relation avec le public ? Par exemple en festival comme ici, comment vous préparez votre concert ?

-On se dit qu’on sait ce qu’on sait faire et qu’on sait ce qu’on va faire.

– On est très peureux, on boit beaucoup… On a pas mal de toques..

-Je suis vachement étonné de voir des gens jeunes comme vous au premier rang. Je suis content d’être dans un groupe connu pour des gens comme vous. On voit souvent des gens fervents et tout et c’est bizarre pour nous

-Sans dire qu’on fait des choses de bien, on préfère voir des jeunes devant nos concerts que devant certains autres artistes.

– Ça me fait un peu flipper de me dire que notre musique fait des souvenirs chez des jeunes.. Nous ça nous fait des moments de vie quand on vous voit nous écouter dans une bagnole.

– Au fait on passe à Poitiers l’année prochaine !

@FélixPérier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s