« Les Ogres » de Léa Fehner

Entrons dans le vif du sujet sans nuls préliminaires, ce film n’en a pas besoin. C’est un feu d’artifices d’émotions et de sensations, aussi vives que belles, aussi tranquilles que poignantes. « Les Ogres » de Léa Fehner est une merveille, et je me retrouve sans mots quand il s’agit d’en faire la critique. Essayons cependant de commencer par le début.

Une histoire simple pour des cœurs simples et heureux, l’immiscions d’une caméra dans un endroit aussi intime qu’une troupe. Un théâtre itinérant, des gens pleins de vie et un accident. Puis, le besoin nécessaire de remplacer les dommages créent par cet imprévu dérapage, causé par inadvertance, inattention d’un des membres en proie à un mal-être profond. Et enfin, une femme. Lumineuse, dans la fleur de l’âge, exotique et passionnée. Et c’est cette femme qui sera la trame de l’histoire car elle l’actrice principale des non-dits, des choses qu’on laisse sur le côté et dont on ne pense plus vraiment, mais qui nous font doucement mal, comme l’adultère. Son retour, -mais était-elle véritablement un jour partie  des mémoires ?, est comme une catharsis, l’exutoire des peurs, des joies et des peines de chacun. Pas facile de vivre dans une communauté si proche et si fermée les uns avec les autres sans en souffrir un jour. Par sa présence, et par ses actes passés, elle va raviver les blessures de ces comédiens écorchés tant par la vie que par autrui et qui tentent de s’affirmer.

C’est de la poésie visuelle, un spectacle hors normes qui se déroule sur l’écran, devant nous, spectateurs de la vie des autres et à laquelle ont aimerait avidement prendre part.

C’est cette douce folie qu’est l’existence que Léa Fehner a réussit, et avec succès, à cristalliser dans l’iris de sa caméra. Des acteurs avec un talent brut, sans faux-semblants, des personnes vraies. Elle aurait pu choisir de faire un documentaire cinématographique d’une communauté nomade d’intermittents du spectacle, mais elle n’en fit rien. Elle prit le parti de montrer quelque chose de frais, de vivant, de beau avec une force inouïe, une sorte de distorsion de l’espace-temps. C’est de la poésie visuelle, un spectacle hors normes qui se déroule sur l’écran, devant nous, spectateurs de la vie des autres et à laquelle ont aimerait avidement prendre part. A défaut de vouloir projeter uniquement les moments joyeux, on exulte avec tous, également les pires instants de doutes et de peur auxquels ils sont confrontés, transportés par l’omniprésente mélodie de l’accordéon. Et que dire de la clarinette dans la nuit ? De nos sièges, l’on sent le pétillant brasier au milieu des caravanes et des rires d’enfants. La musique n’est pas un simple ornement aux dialogues et à l’image mais est une partie intégrante du film, c’est ce qui donne la vivacité, la couleur aux éclats d’émotions. 

Parlons donc des acteurs ! Peut-être serez vous déroutés par ces sublimes interprétations française, car il est de mon ressenti qu’aimer le cinéma français est une tare aujourd’hui. On entend dans les faubourgs gronder la rumeur âpre scandant que « le cinéma français est mort ». Eh bien non, mesdames et messieurs, mesdemoiselles, chers damoiseaux, le cinéma français prend tout son sens avec cette perle qu’est « Les Ogres » de Léa Fehner ! 

Quelques fois avec violence, avec humour et surtout avec joie, le kaléidoscope de toutes ces vies durant 2h24 nous fait à nouveau vivre la nôtre.

Si vous n’aviez qu’un film, un seul à voir ce mois-ci, n’hésitez plus et courrez, volez, dansez pour aller admirer cette oeuvre aussi vraie que poétique.
Il y a bien longtemps que je n’avais pas vu un film aussi bien et qui m’ait autant transporté.
A bon entendeur,

achetez vos places et régalez vous !

Vu au cinéma « 400 coups » à Châtellerault.

@moonfxky 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s