Sonita

Le 9 octobre dernier se déroulait à Londres « The  Women in the World summit  », soit un panel de conférences sur l’influence des femmes dans notre société, et les difficultés qu’elles peuvent y rencontrer.

Mon attention s’est portée sur une rappeuse afghane de 18 ans, Sonita Alizadeh, qui en plus de s’imposer dans le monde très fermé de la street, s’oppose clairement à certains principes de son pays. Ayant échappé à deux mariages forcés, elle crie contre le machisme, la femme-objet, la femme bafouée qu’on marie à peine alphabétisée.

Des textes qui percutent, des images choc d’une adolescente battue portant un voile de mariée ; et un flow plutôt métrisé pour son peu d’expérience.

Laisse-moi hurler. Je n’en peux plus de ce silence. Ote tes mains de mon corps. Je hurle pour combler le silence des femmes. Je crie pour un corps épuisé et enfermé dans sa cage”

Un clip à voir, juste pour comprendre que si ici certaines rêvent de prince charmant, d’autres dans ce monde se suicident pour n’avoir pas choisi le leur.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s