D.U.C

Booba revient dans les bacs pour son septième album solo, ça donne quoi ?

booba-duc-cover

 

Première écoute on se force, deuxième écoute on s’habitue, troisième écoute ça coule tout seul. Voilà mon expérience de l’écoute de D.U.C dernier album de Booba. J’avais déjà eu l’occasion de l’écouter par le duo mythique Lunatic où B2O rappait avec Ali et aussi avec le mythique titre Boulbi. Mais là je suis désemparé, je ne suis pas prêt. Un style entre US et banlieue du 92 mariné dans une sauce d’autotune et de vocoder. Finalement je ne regrette absolument pas d’avoir écouté cet album même si au début j’ai dû me forcer car pour moi il y a une pointe de vocoder en trop. Même si les paroles sont violentes et parfois semblent peu recherchés « semelles rouges c’est pas Louboutin c’est le sang de l’adversaire » on tombe quand même de haut quand on entend des trucs comme ça « j’ai la banane comme Taubira », « Ai-je une gueule à m’appeler Charlie, réponds moi franchement », d’autres paroles et le nom de sa track LVMH nous montre que non Le Duc n’est pas stupide et qu’il possède une culture générale, qu’il s’intéresse à l’actualité et qu’en plus il a une opinion. Vous avez surement entendu parler de la polémique disant qu’il n’était pas Charlie et vous avez peut-être vu le dessin de Luz et la réponse sur Instagram de Booba, dans son album celui-ci prédit encore ce qu’il se passe « à chaque post Instagram vous polémiquez ». Il faut quand même reconnaitre (même si on n’aime pas) que Booba ce n’est plus juste de la musique, c’est devenu une icône, que c’est vraiment un personnage d’ego trip et d’argent qui s’est développé autour de lui grâce à sa com sur Instagram et aussi dans ses chansons ; « L’argent les fait oublier je les baisent sur des planches à billets » en une phrase il résume tout ce qu’il veut montrer à son public. Pour le côté ego trip « Je prends des millions tu prends des selfies » et la track Les Meilleurs est vraiment le summum de l’égocentrisme, le refrain est « Si les meilleurs partent en premier pourquoi suis-je toujours en vie ? » et ces citations ne sont qu’un aperçu de ce qu’il s’amuse à montrer. Dans ce disque il n’hésite pas à lancer des piques comme celle-ci : « quelle marque de merde porte Matuidi » qui fait référence à une photo de Blaise Matuidi (joueur du PSG) s’affichant sur Instagram (encore oui) avec des vêtements de la marque de Rohff, pour ceux qui n’ont pas suivi Booba et Rohff se sont clashés (tapez A.C Milan – Booba sur Youtube) sauf que Rohff avec ses amis sont allés tabasser presque à mort un vendeur innocent d’un magasin de vêtements de Booba. Il y a aussi cette phrase qui fait référence au dernier démêlé judiciaire du Duc : « fuck un greffier, fuck un gendarme ». Pour revenir à cet album les tracks sont assez différentes à l’image Loin D’Ici un titre étonnant avec une instru qui est digne des meilleures traps et quand on écoute ensuite G Love c’est différent ça se rapproche plus d’un titre espagnol mais on trouve quelque chose qui est toujours présent. Il faut reconnaitre qu’il y a des rimes faciles en rajoutant des « zer » ou « er » à la fin des mots et surtout un peu trop souvent. Mais Booba montre qu’il est respecté et signe aussi un featuring avec Future (Belluci) et aussi avec Lino (Temps Mort 2.0). Bref ce disque est plutôt bon mais il faut s’habituer à ce style, il est très probable que cet album marquera le rap français.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s