Martyr

Martyr-crédit-Jean-Louis-Fernandez-2

Benjamin. Donc vous estimez que la Bible ment ?
Roth. La Bible ne m’intéresse pas, j’enseigne la biologie.
Benjamin. Vous enseignez n’importe quoi, c’est tout.
Georg. Benjamin, pourquoi tu n’as rien sur toi ?
Lydia. Il veut nous montrer pour les préservatifs.
Benjamin. La Bible dit –
Roth. Je m’en fiche de ce que dit la Bible.
Benjamin. « Pendant l’instruction la femme doit garder le silence, en toute soumission. Je ne permets pas à la femme d’enseigner ni de dominer l’homme. Qu’elle se tienne donc en silence. C’est Adam, en effet, qui fut formé le premier. Eve ensuite. Et ce n’est pas Adam qui fut séduit, mais c’est la femme qui, séduite, tomba dans la transgression. Cependant elle sera sauvée par la maternité. »
Roth. Et comment fera-t-elle, si aucun homme ne la touche ?
Benjamin. Et comment fera-t-elle, si l’homme utilise un préservatif ? Vous voulez nous faire un cours d’éducation sexuelle, mais vous ne savez rien.

Portrait

Mathieu Roy est un metteur en scène et dramaturge diplomé de l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique du Théâtre National de Strasbourg (TNS) et continue à aller aux ateliers de mise en scène, de jeu et de dramaturgie de Stéphane Braunschweig et d’Anne-Françoise Benhamou. En mai 2007, il assiste Joël Pommerat sur sa création Je tremble. Tout au long de sa scolarité il met en scène différente pièce et crée Drames de princesses. En 2007, Mathieu Roy fonde La Cie du Veilleur et s’implante en Poitou-Charentes et établit un partenariat avec la Comédie de Reims. En 2009, il obtient le grand prix de littérature dramatique avec La Conférence. Il intervient fréquemment au Lycée Vallin de La Rochelle auprès des élèves option Théâtre. Depuis 2009 il anime différents stages et ateliers.

Equipe

La pièce est mise en scène par Mathieu Roy avec une scénographie de Gaspard Pinta. Les costumes sont fabriqué par Marine Roussel. La lumière et le son sont respectivement gérés par Manuel Desfeux et Mathilde Billaud avec Gabriel Galenne à la régie générale.

Martyr

Martyr est la dernière pièce du dramaturge allemand Marius von Mayenburg qu’il a lui-même mise en scène à la Schaubühne de Berlin en 2012. Laurent Muhleisen l’a traduite en français pour la Cie du Veilleur (L’Arche Editeur, 2013).

Mon point de vue

J’ai assisté à une représentation de Martyr au TAP le 14 janvier 2014. J’ai choisi d’en parler dans ce numéro au vu de l’actualité. Pour résumer, c’est l’histoire de Benjamin qui devient brusquement extrémiste catholique et tente de convertir son entourage. L’auteur réussi cependant à faire rire tout en faisant un passer un message dérangeant. Petit à petit, l’adolescent se transforme en martyr jusqu’à se mettre nu en cours de biologie. La pièce est remplie de citation biblique qui sont tournées par Benjamin à son avantage. Portée au plateau par huit comédiens, cette comédie satyrique démonte avec précision le processus d’une radicalisation de pensée sous l’angle du fanatisme religieux. Cependant la pièce tout en restant très concrète n’est pas réaliste : les situations sont exagérées pour faire rire et ainsi rendre la pièce plus facile à regarder installant un nouveau regard.

Felix P.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s