MacBeth du Théâtre du Soleil

http://cpc.cx/bfi

 

/Portrait

Commençons par le commencement. Ariane Mnouchkine est née en cette joyeuse année qu’est 1939 du producteur de cinéma Alexandre Mnouchkine. Elle commence le théâtre en 1959 dans l’Association Théâtrale des Etudiants de Paris à la Sorbonne avec Philippe Liotard, Jean-Claude Penchenat, Roberto Moscoso et Françoise Tournafond. C’est avec ces derniers qu’elle fond en 1964, « Le Théâtre du Soleil » qui est une troupe basée sur de nouveaux fonctionnements et sur le travail collectif. Leur but est de se distinguer du théâtre « bourgeois » et donc de fabriquer un nouveau rapport public/acteurs tout en conservant un théâtre de qualité. Dans les années 1970, les 70 artistes de cette troupe deviennent des figures majeures du paysage théâtral et n’hésite pas à aborder des questions politiques et humanitaires. Au fur et à mesure, ils se construisent leur propre éthique qui refait prendre son sens à la « troupe de théâtre » et se considèrent comme une grande famille. Par exemple tout le monde reçoit le même salaire et la distribution des rôles se fait après que les acteurs aient essayé différents personnages. Installés depuis 1970 à la Cartoucherie, ils continueront de présenter leur spectacle en tournée en France et accueilleront des spectacles de troupes étrangères. De plus, c’est une des premières troupes à ouvrir complètement les portes au public en permettant de regarder les coulisses du maquillages ou encore de manger la cuisine des acteurs. Comme dit précédemment le Théâtre du Soleil a toujours été engagé d’une manière ou d’une autre et été critique sur leur époque. Ils portent un réel message humaniste et politique. Au point ou 1995, Ariane Mnouchkine a fait une grève de la faim pour la cessation des massacres en Bosnie.

/L’équipe

MacBeth rassemble 70 acteurs de plusieurs nationalités. Jean-Jacques Lemêtre compose et interprète la musique de la pièce. La mise en scène est dirigée par Ariane Mnouchkine.

/MacBethMacBeth est une tragédie shakespearienne écrite 1606. Elle est inspirée d’un roi écossais du XIème siècle. Ariane Mnouchkine a spécialement retraduit la pièce pour sa mise en scène.

Annecdote : Selon la légende, prononcer le mot Macbeth dans un théâtre porte malheur. C’est ainsi que les acteurs et actrices évitent de prononcer son nom et utilisent la périphrase, « La pièce écossaise » pour éviter une mauvaise repésentation.

/Mon point de vueJ’ai assisté à une représentation à la Cartoucherie en juin dernier. La magie a commencé dès l’ouverture des portes et le sourire accueillant d’Ariane Mnouchkine. Ensuite de se voir servi par une troupe souriante et goûter des plats étrangers cuisinés devant nous cela nous lance dans l’esprit du Théâtre du Soleil. Ensuite, une fois la pièce entamée, il faut parler de l’éblouissement que j’ai eu devant la mécanique huilée de la troupe. Les décors s’enchainent à une vitesse hallucinante : chaque acteur sait exactement ce qu’il a à faire. La musique jouée par un musicien visible à côté de la scène nous entraine encore plus dans une pièce magnifiquement jouée. Lorsque l’entracte a sonnée, je n’avais qu’envie de reprendre. Le seul « défaut » que l’on puisse oser citer est en fait un des point fort de la troupe c’est-à-dire la présence d’accent étrangers. Je suis personnellement impressionné devant tout ce travail. Je conseille sincèrement d’assister à une des pièces du Théâtre du Soleil au moins une fois dans sa vie !

Felix P.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s